Devoxx France 2016 : Infrastructure

(Jenkins, Docker) -> { Orchestrons le Continuous Delivery }

Orateurs Nicolas de Loof et Yoann Dubreuil, vu par Thomas MAINGUY

Nicolas de Loof et Yoann Dubreuil ont présenté les différents moyens de mettre en place le continous delivery (CD). Après une brève explication du mode artisan qui enchaine les jobs à l’aide de « quelques » plugins mais reste très fastidieux, ils ont présenté le Build flow plugins qui apporte plus de souplesse en séparant l’orchestration de la définition des différents jobs et qui permet aussi l’exécution de taches en parallèle. Malheureusement, debugger n’est pas évident et il faut cliquer dans tous les sens pour pouvoir trouver les informations !

Ils ont alors expliqué le fonctionnement du Pipeline Plugins qui se présente sous la forme d’un script en DSL qui supporte les arrêts / relances de Jenkins avec la possibilité de générer le code via l’interface. J’ai bien aimé la notion de concurrence qui permet d’optimiser le pipeline de CD ainsi que l’interaction avec l’utilisateur pour attendre une validation humaine.


Cerise sur le gâteau : le jenkinsfile que l’on met dans notre dépôt : Jenkins détecte automatiquement ce fichier et récupère ainsi le pipeline de CD de la branche !

Ce n’est qu’aux deux-tiers de la présentation que l’on a commencé à entendre parler de docker via les plugins Docker Custom Build Environment Plugin et Docker pipeline plugins. Ils permettent d’utiliser les images docker comme base du build, de créer de nouvelles images, les stocker et les pousser en production. Cela a l’avantage de partager les ressources, mais attention à la gestion des volumes !

 

Je m’attendais à plus docker ! Plus de détails sur l’utilisation de docker dans une chaîne de continuous delivery. Par contre, j’ai apprécié la démo du pipeline Plugins. C’est pour moi une très bonne présentation de l’évolution du continous delivery avec jenkins et sa multitude de plugins. Enfin, même si j’avais déjà eu un avant-gout de ce qu’allait être Jenkins 2.0 lors du Breizcamp, c’était aussi l’occasion de voir cette nouvelle version.

La vidéo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + 8 =